Abattage rituel

 
 
Abattage rituel

L’abattage rituel des animaux est organisé afin de garantir le libre exercice des pratiques religieuses dans le respect des dispositions réglementaires relatives à la protection animale, l’hygiène alimentaire et la protection de l’environnement.

Il constitue une dérogation aux pratiques classiques de l’abattage, qui imposent un étourdissement préalable des animaux avant leur saignée.
Les conditions dans lesquelles peut s’exercer cette dérogation sont les suivantes :
  Les abattages rituels doivent avoir lieu dans des abattoirs agréés bénéficiant expressément d’une autorisation à déroger à l’obligation d’étourdissement.
  Les sacrificateurs doivent être titulaires d’un certificat de compétence Protection animale (CCPA)
  Les sacrificateurs doivent être habilités par des organismes religieux agréés par le ministre de l’agriculture, sur proposition du ministre de l’intérieur : la Grande Mosquée de Paris, la Mosquée de Lyon et la Mosquée d’Evry pour l’abattage halal et le Grand Rabbinat de France pour l’abattage casher.
  Les animaux doivent être immobilisés avant leur saignée par des matériels de contention conformes, les bovins, les ovins et les caprins devant être immobilisés par un procédé mécanique.

Actualités en vue de l’Aïd al adha
La célébration de l’Aïd-al-Adha aura lieu cette année le lundi 12 septembre 2016. Afin de sensibiliser les particuliers, les opérateurs dans les sites d'approvisionnement et les opérateurs intervenant en abattoirs temporaires, un guide et des affichettes de recommandations ont été élaborés par l’ENSV en collaboration avec l’ Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs (OABA), avec le soutien du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Ces documents sont mis à disposition sur les différents sites d’abattage temporaires pendant l’Aid-al-Adha. Une version traduite en arabe littéraire des différentes affichettes est également disponible ( à l'exception de l'affichette sur manipulation et soins des animaux en marché en vif).

Pour l'article complet, cliquez ici.