Actualités

Journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage

 
 
Journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage,le préfet s'est rendu à l'école Jules Ferry

23 mai, Journée nationale en hommage aux victimes de l'esclavage

Cette année marque le 170ème anniversaire du décret du 27 avril 2018 qui a aboli l’esclavage.

Plusieurs dates permettent de commémorer cette journée. Des dates locales, le 27 avril pour célébrer l’abolition à Mayotte, le 22 mai pour la Martinique, le 27 mai pour la Guadeloupe, le 10 juin pour la Guyane et le 20 décembre pour la Réunion. Mais aussi des dates nationales avec le 10 mai, Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions et le 23 mai, Journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage. Il y a aussi les dates internationales, celle du 25 mars Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves de l’ONUOrganisation des Nations unies et celle du 23 aôut, Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition de l’UNESCOUnited nations educational, scientific and cultural organisation Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

L’État et l’ensemble de la communauté nationale s’engagent, notamment aux côtés du Comité national pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CNMHE) pour honorer cette mémoire.

Le président de la République a annoncé le 27 avril, lors de la cérémonie au Panthéon, la création de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage. Celle-ci sera présidée par Jean-Marc AYRAULT et sera située à l'Hôtel de la Marine où l'abolition de l'esclavage fut décrétée le 27 avril 1848.

Le 10 mai dernier, les lauréats du concours de La Flamme de l’Égalité, action éducative nationale, étaient conviés à Paris pour la remise des prix sous l’égide du Sénat et le haut-patronnage du président de la République.

Ce 23 mai, une cérémonie nationale a lieu à Paris au ministère de l’Outre-mer en présence d’Annick GIRARDIN, ministre des Outre-mer.

Aujourd’hui, Isabelle DAVID, préfet, partage avec les élèves de l’école Jules Ferry leur travail de mémoire, pour développer les connaissances.

Faire connaître l’histoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, de leurs survivances comme de leurs effets et de leurs héritages contemporains participe à l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs républicaines. Ce travail contribue à la construction d’une mémoire collective autour de valeurs partagées afin de favoriser le sentiment d’appartenance commune. Il participe ainsi à la construction d’une école de confiance, dont l’un des piliers est l’apprentissage et la transmission du respect d’autrui.

Le 10 mai, le Premier ministre citait dans son discours à l’occasion de la commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions Gaston de Monnerville, président du Sénat de 1958 à 1968 et descendant d’esclave. Il donnait le titre de son discours des 70 ans de l’abolition de l’esclavage, « Liberté, création continue ».

Les élèves de l’école Jules Ferry s’inscrivent totalement dans cet esprit avec leur projet d’opéra jazz pour enfants. Ils expriment la Liberté au travers de leur création.

Trois classes de cycle 3 de l’école Jules Ferry ont travaillé toute l’année sur le projet fédérateur Ville de Niort / DSDEN « Sur un air de jazz ». Ce projet permet de nourrir le parcours citoyen de l’élève (esclavage et égalité des droits) et le parcours d’éducation artistique et culturelle (rencontres, pratiques et connaissances).
La finalité de ce projet est de monter un « opéra » pour enfants, en prenant appui sur un roman de jeunesse « Le roi du jazz » d’A. Gerber, librement inspiré de la vie de Louis Armstrong où chants,musique et mise en voix de textes s’entremêlent.

Histoire :

Démarche et contenu d'enseignement : présentation de la formation du premier Empire colonial français porté par le pouvoir royal et dont le peuplement repose notamment sur le déplacement d'Africains réduits en esclavage. Apprendre à distinguer l'histoire de la fiction et commencer à
comprendre que le passé est source d'interrogations.

Enseignement Moral et Civique :

La sensibilité : soi et les autres, respecter autrui et accepter les différences.Le droit et la règle : des principes pour vivre avec les autres, l’égalité des droits et la notion de discrimination. L'engagement :agir individuellement et collectivement, s'engager dans la réalisation d'un projet collectif (projet de classe, d'école, communal, national...).

Histoire des arts :

Mettre en relation une ou plusieurs œuvres contemporaines entre elles et un fait historique, une époque, une aire géographique ou un texte, étudiés en histoire, en géographie ou en français. Se repérer dans un musée, un lieu d'art, un site patrimonial.

Mise en œuvre du projet sur l’année :

- écoute d’œuvres empruntées à l'histoire du jazz : de novembre à juin

- lecture du roman Le roi du jazz d’A. Gerber : janvier-février

- apprentissage d'un répertoire de chants en partenariat avec les intervenants du conservatoire :de janvier à juin

- développer une attitude de spectateurs critiques : spectacle L'imparfait au Moulin du Roc le 11 janvier ; répétitions et visite des coulisses du spectacle « Les bedaines de coton » au CAMJI.

- visite du Musée du Nouveau Monde à la Rochelle avec ateliers en lien avec les origines du jazz, le commerce triangulaire et l'esclavage : avril

- représentations au Moulin du Roc et à l'école à l'intention des familles : juin 2018

Jules_Ferry
IMG_6380bis

   

IMG_6349